Fonds Moyen Age

En 1994, l'association Maison du Moyen Age est créée, regroupant la Médiathèque François-Mitterrand de Poitiers, le Service Commun de Documentation de l'Université, le Centre d'Etudes Supérieures de Civilisation Médiévale et le Service de l'Inventaire de la DRAC Poitou-Charentes. La Médiathèque devient ainsi, au même titre que les trois autres établissements partenaires, Pôle Associé à la Bibliothèque nationale de France (BnF).

Des thématiques d’acquisitions précises sont réparties entre les partenaires : la Médiathèque acquiert les ouvrages étrangers consacrés d’une part à la codicologie (étude des manuscrits en parchemin ou en papier et reliés en codex), d’autre part à la période du  bas Moyen Age en Europe occidentale (du XIIIe au XVe siècle).

L'objectif consiste, grâce à une subvention de la BnF, à constituer un ensemble documentaire exceptionnel, qui s’inscrit en complémentarité des fonds de la BnF. Il s’agit essentiellement de fac-similés de manuscrits et d’éditions de sources telles que des cartulaires, des documents comptables ou diplomatiques.

Ce fonds s’enrichit au fil des années, avec une moyenne de 300 nouveaux livres acquis par an jusqu'en 2009, date à laquelle la politique de la BnF en matière de réseaux de coopération change et s'oriente exclusivement vers les projets de numérisation.

Ce fonds très riche est consultable et empruntable sur simple demande. Il peut également faire l’objet de demandes de prêt entre bibliothèques. Il s'articule avec les autres documents relatifs au Moyen Age que la médiathèque acquiert et qui forment le pôle d'excellence documentaire proposé en salle Moyen Age

 

 

Conférence du Moyen-âge

 Mardi 25 avril

Salle Jean-Richard Bloch, 18h30

Les peintures murales de Chypre durant le règne des Lusignan (1192-1489)

par Sophocle Sophocleous

Professeur d'université dans les domaines de l'Histoire de l'Art, de l'archéologie et du patrimoine culturel à Nicosie. Il a obtenu son doctorat à l'Université de Strasbourg. Il est Directeur du Centre du Patrimoine Culturel à Nicosie

 

A travers des exemples représentatifs de la peinture monumentale de Chypre à l'époque où l'île a été gouvernée par la famille des Lusignan, cette conférence révèle combien les évolutions stylistiques sont le reflet des conditions géopolitiques et de la coexistence des souverains latins et du peuple grec orthodoxe : continuité de la tradition antique de l'Empire Byzantin, puis développement d'un style local chypriote avec la prise de Constantinople par les Croisés (1204-1261), retour d'un art officiel avec la restauration de l'empire, et enfin synthèse stylistique entre tradition locale et influences occidentales (14e-15e siècles).
 

Conférence de la Société des Antiquaires de l'Ouest

Illustration 

  Mercredi 12 avril

Salle Jean-Richard Bloch, 17h30

La chevauchée de Jean sans Terre et ses compagnons, de La Rochelle à Limoges (1214).

Entre âmes damnées et Robin des Bois

par Claude ANDRAULT-SCHMITT

Professeure émérite à l'université de Poitiers et chercheure au CESCM.

et Nicolas PROUTEAU

Maître de conférences en Histoire de l'art et archéologie à l'université de Poitiers et chercheur au CESCM.

 

"Pour la rupture entre domination plantagenêt et domination capétienne, on s'est en général installé dans le confort d'une chronologie appuyée sur la mort d'Aliénor en 1204 et sur la bataille de Bouvines en 1214. Jean sans Terre apparaît alors comme l'archétype des vaincus, d'autant que ses barons lui imposent l'année suivante la Grande Charte. C'est oublier que les seigneurs poitevins ont brouillé les cartes en se vendant alternativement à une dynastie ou à l'autre. C'est oublier surtout que la "chevauchée de 1214" est un épisode plutôt glorieux pour le roi Jean. La relater donne l'occasion de se demander ce que représentait alors le déplacement d'une armée, et de tenter d'améliorer l'identification des lieux d'étape."

Nouveautés